Établissements

Ferme de Belle Chambre

Un établissement en basse montagne adossé à une ferme

Située dans le parc de Chartreuse, à 800 mètres d’altitude, la Ferme de Belle Chambre est un foyer de vie ouvert en 1989 qui accueille 30 adultes avec autisme et troubles du spectre de l’autisme. Ouvert 365 jours par an, il dispose de deux places d’accueil temporaire.

Une activité agricole comme socle des activités

Le projet a été construit à partir d’une activité agricole avec un élevage et une fromagerie (vaches laitières, petits animaux). Un accueil en table d’hôtes et la vente directe dans le tissu local ouvre l’établissement sur l’extérieur. Ces activités permettent aux résidents des apprentissages valorisants, où toutes leurs potentialités sont mise en avant.

La socialisation des résidents par l’insertion dans le tissu économique local

Afin de favoriser une insertion dans le tissu économique local, les résidents, accompagnés par des professionnels, vendent leurs produits dans les supermarchés, épiceries, restaurants, et font des livraisons chez des particuliers et collectivités ainsi qu’au marché local (62 800 euros de vente total en 2016 sur ces différents lieux, réinvestis dans l’exploitation). Par ailleurs, d’autres activités sont proposées aux résidents autour de la vie quotidienne, d’une chorale, de la piscine, de la relaxation, du football, de la marche, des soirées à thèmes ou des mini-camps adaptés…

A la ferme de Belle Chambre, 45 salariés pour 35,81 ETP sont embauchés pour accompagner les 30 résidents permanents et les résidents en stage ou en accueil temporaire.

Coordonnées
Fiche identité
Fichiers PDF
La Ferme de Belle Chambre, Foyer de Vie

Sainte Marie du Mont
38660 Le Touvet

04.76.08.57.76
04.76.08.59.98

access_time

Le secrétariat est ouvert de 9H00 à 12H00 et de 14H à 17H00

Le mot de la direction

C'est une équipe soudée autour d’un projet qui demande aux professionnels des compétences éducatives et agricoles qui permet d’offrir cet accompagnement encore innovant après près de 30 années d’existence.

Myriam LUCAS-VEYRUNES